Famille franciscaine de l'Est Francilien

> Accueil


 

 

 

 

 

 

 








« Celui qui accepte le mal sans lutter contre lui coopère avec lui. »
Martin Luther King.


Utilisez l'adresse suivante pour réagir, si vous le souhaitez
:
partage.franciscains94@orange.fr



> Edito // 8° centenaire de la visite de François d’Assise à Damiette !

 


          
Le pape François revient des Emirats arabes où il a séjourné du 3 au 5 février. Cela peut déjà paraître une vieille histoire mais la presse a parlé de ce voyage comme d’une visite « historique ». Pourtant, dans le vacarme permanent de la vie publique, qui a perçu l’originalité de cette démarche ?  Il y eut au départ, l’initiative inattendue de St François qui, en pleine croisade contre les musulmans, en 1219, traversa les lignes ennemies pour saluer le Sultan. On peut sourire de cette histoire, mais c’est pourtant ce qui avait motivé le Pape Jean Paul II, en 1986, à inviter les responsables des religions du monde à Assise pour un temps de prière, ensemble. Cette invitation montrait l‘enjeu universel de la Paix pour l’humanité et le rôle que pouvaient jouer les religions. En son temps, François d’Assise, avait accompli un signe prophétique pour contribuer à la Paix dans le monde. C’est dans le prolongement de ces signes précurseurs que le Pape François s’inscrit aujourd'hui pour favoriser la Paix.

En 1219, François d’Assise se trouve en Egypte, à Damiette, lorsqu’il prend l’initiative de rencontrer le Sultan et de rompre avec une violence désastreuse pour tous. Sans armes, avec sa seule foi, il veut une rencontre d’homme à homme.  Ce signe ne restera pas « insignifiant » mais portera des fruits jusqu’à nos jours. Qui l’eut cru ? Dans les diverses religions, la haine ou la crainte habitent encore les hommes et les chrétiens ne sont pas à l‘abri des comportements fauteurs de troubles. Pourtant, à tous les niveaux, il se trouve des croyants pour vivre un rapprochement, pour entrer en contact et se tenir ensemble afin de participer à résoudre certaines difficultés sociales ou religieuses.

Nous venons de recevoir du Ministre général des franciscains une lettre avec, en tête de ce document anniversaire, cet intitulé sans équivoque : « A tous les frères et sœurs de l’Ordre et à vous, frères et sœurs musulmans »… Ce texte aussi fait signe ! C’est dans le même esprit que François d’Assise avait rencontré le sultan. La lettre reçue nous révèle encore ce que laissait présager le Concile Vatican II, dès ses commencements : il y est demandé de regarder les musulmans avec estime ; il nous encourage à « travailler ensemble à la justice, à la Paix et à la liberté ». Il est recommandé aussi d’accueillir chacun avec un certain sens de Dieu, avec « douceur et humilité » pour servir le monde.

Que ce soit à Damiette, sur les rives du Nil ou en tous lieux de l’hexagone, les dispositions spirituelles sont les mêmes. Mais le chemin sera encore long, et la clé du changement est l’ouverture à l’autre. En évoquant aujourd’hui ce fait historique, nous prenons conscience de la conversion permanente, dans nos relations entre musulmans et chrétiens. Le dialogue est indispensable pour vivre un peu plus de justice et de vérité. Les « signes du temps » sont à ce niveau et c’est ainsi que nous ferons des « choses qui plairont au Seigneur » selon l’expression de St François (Rg 16/8), car « Nous sommes tous sous le soleil de l’Unique miséricordieux ».

Frère Thierry Gournay, Lille Mars 2019

AccueilArchives
Site réalisé par Mirage