Famille franciscaine de l'Est Francilien

> Accueil

 

 

 

 

 

 

 












« Dieu a trouvé bon de devenir humain ». Inconnu.



> Edito - La Sainteté


           
Dans le premier testament, ce mot est réservé à Dieu ; le Christ a revêtu les habits de sainteté, et après lui, l'Eglise a reconnu cette dignité à des femmes et des hommes, en distinguant un grand nombre de croyants au fil des siècles. Ceux-ci se sont manifestés par des vies souvent hors du commun ; on compte parmi eux, outre les apôtres, nombre de papes et de fondateurs d'ordres et congrégations religieuses, dont François et Claire, et c'est très bien. Des martyrs en nombre également parmi eux. Mais quid des petites gens, des baptisés ordinaires dont la vie très humble, très effacée et souvent misérable, mais non moins fidèle à l'enseignement du Christ, n'a pas permis de les distinguer parmi la masse des croyants qui se sont succédés sur notre terre depuis 2000 ans ? Que penser aussi de tous ces hommes et femmes de bien qui ne sont pas chrétiens et dont le comportement quotidien, le témoignage de vie, vaut bien celui des baptisés que nous sommes ? Dans quelle catégorie ranger les malades, les handicapés, et tous ceux qui sortent de nos normes et qui ne sont pas en mesure de vivre comme nous ?

Le Christ, dans son enseignement, a mis en valeur des comportements, des qualités humaines ; lorsque j'entends le récit des béatitudes que nous lisons pour la fête de tous les saints, j'ai l'impression de le voir dévisager chacun, dans cette foule d'anonymes qui se presse pour l'entendre, et de trouver chez chacun telle ou telle qualité qui suffit à elle seule à le dire bienheureux. Heureux sommes-nous si nous savons regarder les hommes et les femmes que nous croisons avec ce regard bienveillant qui nous permet de vivre ensemble, malgré tout ce qui peut nous séparer, comme des frères.

Jean-Pierre Rossi.

AccueilArchivesContact
Site réalisé par Mirage