Famille franciscaine de l'Est Francilien

> Accueil


 

 

 

 

 

 

 








« Une vision qui ne s'accompagne pas d'action n'est qu'un rêve. Une action qui ne découle pas d'une vision c'est du temps perdu. Une vision suivie d'action peut changer le monde. »
Nelson Mendela.

Utilisez l'adresse suivante pour réagir, si vous le souhaitez :
partage.franciscains94@orange.fr



> Edito // L’alter Christus, un beau modèle pour 2019

 


          
On dit parfois de François, que c’est un « alter Christus », un autre Christ. Alors oui bien sûr, à cause des stigmates qu’il est le premier à avoir reçus, deux ans avant sa mort, au Mont Alverne. Mais il l’est aussi par toute sa vie. Regardons la croix de Jésus, sa forme. Avec un axe vertical et un axe horizontal. François, depuis sa conversion, a étonnamment incarné, épousé, les deux axes de cette croix. Verticalement bien sûr parce qu’il ne cesse de tout ramener à Dieu, de le glorifier, de le louer : « Seigneur Dieu, bien total, Tu es le seul bien, Tu es tout bien, Tu es le souverain bien, Seigneur Dieu vivant et vrai ». François, même épuisé et très malade, ne veut manquer aucun office, aucune oraison en se tenant debout ou agenouillé et exhorte ses frères à une reconnaissance permanente envers les dons du Seigneur et sa Passion. Et puis, il y a – totalement consubstantielle – l’horizontalité sans limite de François. D’abord en direction de ses propres frères, entre lesquels il veut abolir toute distinction sociale ou de savoir, puis en direction des parias de la société, lépreux et brigands, mais aussi des croyants d’autres religions, tel le sultan d’Égypte Malik Al Kâmil, à qui il veut annoncer la Bonne nouvelle au milieu de la croisade, contre toute prudence humaine. Mais François ne s’arrête pas au monde humain, son cœur le porte irrésistiblement aussi vers les créatures animales, végétales, minérales, astrales, sans être bridé par la peur de choquer son temps. François déploie envers chacun une tendre fraternité et un émerveillement toujours renouvelé, qui le font chanter et danser.
Derrière la joie de François devant la beauté du monde, il y a toutefois constamment la louange du Créateur. C’est en cela que François fait se rejoindre l’horizontal et le vertical. Tout se tient chez lui. Qu’en cette nouvelle année 2019, nous ayons nous aussi ce grand désir, à la fois de grandir vers Dieu et d’élargir « l’espace de notre tente » (Isaïe 54) pour y inclure toutes les créatures sans exception. Nous pourrons alors trouver ce point d’équilibre à la croisée des deux axes. Et faisons en sorte que ce centre ne soit pas notre nombril, mais bien notre cœur !

Christine Fisset, Membre de la fraternité Arc-en-ciel de Clichy-sous-Bois

AccueilArchives
Site réalisé par Mirage