edito

1er mai, Fête du travail ou fête des travailleurs ?

Quelles mutations du travail aujourd’hui ?

Depuis les origines de l’espèce, l’homme a survécu en mettant en œuvre diverses techniques qui lui ont permis de répondre à ses besoins élémentaires : la nourriture, la défense contre les agressions externes, animales ou intempéries climatologiques. Cette réponse à une nécessité vitale a été un travail, à la fois d’intelligence, de créativité, mais aussi de confection, manuelle à l’origine, puis de plus en plus mécanisée au fil des siècles. Les bénédictins en avaient fait dès le 5ème siècle un des piliers de leur vie contemplative et communautaire.
L’homme travaillait pour vivre. J’ai connu des membres de ma famille, qui possédaient toutes ces techniques élémentaires qui leur permettaient de répondre à quasiment tous leurs besoins à partir de l’exploitation de leur petit bout de montagne dans le nord de l’Italie. Ils étaient catholiques, mais la vertu dominante chez eux, c’était le travail et plus précisément le travail manuel. L’Eglise ne s’est pas trompée en faisant de ce premier mai, en 1955, la fête de Saint Joseph travailleur.
Lorsque la terre familiale ne permettait plus de nourrir toutes les bouches, les derniers arrivés prenaient la route pour trouver ailleurs le moyen de subsister. C’est ainsi que mon arrière-grand-père paternel a pris la route vers la France ; il est arrivé à Paris en 1856, âgé de 8 ans. L’hospitalité de ce coté-ci des Alpes, n’était pas meilleure qu’aujourd’hui pour les migrants. Il a néanmoins survécu, fondé une famille malgré les aléas sociaux et politiques qui ont nécessité parfois des allers-retours : commune de Paris, assassinat de Sadi Carnot, première guerre mondiale, entre autres.
Mais, en toutes circonstances, c’est la vertu du travail qui dominait, c’est le premier point que je voulais souligner, car c’est, pour moi, le premier versant de cette fête. Saint François d’Assise a inscrit l’obligation du travail dans les règles de 1221 et 1223, et il la rappelle avec force dans son testament :  » Et je travaillais de mes mains et je veux travailler ; et je veux fermement que tous les autres frères travaillent d’un travail qui relève de l’honnêteté. Que ceux qui ne savent pas apprennent, non pour le cupide désir de recevoir le prix du travail, mais pour l’exemple et pour chasser l’oisiveté. Et quand on ne nous donnerait pas le prix du travail, recourons à la table du Seigneur en demandant l’aumône de porte en porte. »
L’autre versant de cette fête, plus collectif, est la solidarité des travailleurs, qui se manifeste assez tôt dans l’histoire ; elle est évidemment plus forte chez les travailleurs que la nature de leur travail oblige à unir leurs forces, on peut penser aux bâtisseurs de cathédrales. Le syndicalisme s’inscrit dans la lignée des groupements corporatifs (métiers, compagnonnage…) des sociétés modernes et médiévales. Ces groupements sont interdits par la loi Le Chapelier de 1791 et subissent une répression opiniâtre lors de la première révolution industrielle. La révolution française avait déjà institué une fête du travail, que Fabre d’Eglantine dés 1793, proposait dans son calendrier républicain. Cette journée des travailleurs fut instituée le 20 janvier par Saint Just, et fut célébrée pendant quelques années. Les syndicats ne sont cependant légalisés qu’en 1884 avec la loi Waldeck-Rousseau, qui comporte encore plusieurs restrictions. En particulier, le syndicalisme fut interdit dans la fonction publique. En 1867, au Familistère Gaudin, nait une fête du travail, fixée au 5 juin, qui est encore célébrée aujourd’hui. Le 1er mai est la journée internationale des travailleurs dans de nombreux pays, qui commémore les luttes pour la journée de huit heures.
Dans l’histoire récente le massacre de Haymarket Square, à Chicago, constitue le point culminant de cette journée de lutte, et un élément majeur de l’histoire de la fête des travailleurs du 1er mai.
• 1886 : à l’appel de l’American Fédération of Labor, 350 000 travailleurs débrayent aux États-Unis pour réclamer la journée de travail de huit heures. Le massacre de Chicago constitue le point culminant de cette journée de lutte et un élément majeur de l’histoire de la fête des travailleurs du 1er mai.
• 1889 : première journée internationale de revendication des travailleurs, instituée par la deuxième Internationale ouvrière, qui a donc adopté le 1er mai comme jour de revendication.
• 1891 : en France, fusillade de Fourmies. À Fourmies (Nord), lors de la première célébration française et internationale de la journée d’action du 1er mai, la troupe tire sur les grévistes faisant dix morts (hommes et femmes âgés de 11 à 30 ans) et trente-cinq blessés.
La révolution industrielle du 19ème siècle a accéléré le mouvement de résistance des travailleurs aux exigences du capitalisme naissant, et a favorisé, dans le même mouvement, la naissance de syndicats qui se démarquent du corporatisme médiéval pour créer les confédérations que nous connaissons aujourd’hui, lesquelles regroupent des travailleurs de tous métiers, nationalités, âges, cultures, religions et opinions, même si demeurent chez certains des relents de corporatisme (on l’a vu à la SNCF par exemple au moment du débat sur la réforme des retraites). Bien qu’elles n’échappent pas au clivages politiques et, souvent hélas, aux envies de domination, ces confédérations défendent utilement les droits des travailleurs.
Ce que je trouve intéressant dans ce versant collectif de la fête, c’est la solidarité qu’elle manifeste, non seulement entre les métiers au plan national, mais aussi entre syndicats au niveau international. On peut souhaiter que les manifestations du 1er mai en ce temps de pandémie soient unitaires et répondent au grand défit du moment : comment redonner du travail, au sens d’une occupation qui soit utile au corps social et qui permette à chacun de vivre dignement, à tous ceux qui l’ont perdu ou qui n’en ont jamais eu ?
Car c’est « Du jamais vu dans l’histoire. » Recensant l’impact sur l’emploi de la crise sanitaire, l’Organisation internationale du travail (OIT) tirait en janvier 2021 la sonnette d’alarme. La baisse du nombre d’heures de travail l’année dernière s’est traduite au niveau mondial par la destruction de 114 millions d’emplois, dont les femmes et les jeunes travailleurs ont été les premières victimes. Le nombre de chômeurs a fait un bond considérable – 33 millions de personnes ont glissé vers le chômage – mais, plus préoccupant encore, 81 millions d’individus sont passés de l’emploi à l’inactivité. De quoi augmenter le taux de pauvreté, dans un contexte où les revenus liés au travail ont baissé globalement de 3 700 milliards de dollars. Bien sûr, tous les pays et tous les secteurs ne sont pas dans cette situation. Mais, partout sur la planète, Covid-19 est synonyme de tremblement de terre…
Certains attendent le retour de la croissance du PIB comme la solution à tous nos problèmes ; d’autres, comme Gaël Giraud, espèrent, je devrais dire prient, pour sa suppression et le remplacement du système économique néolibéral hors-sol actuel, qui est une course sans fin au toujours plus pour le profit de quelques uns, par un système qui permette une croissance douce et équitablement profitable à tous, salariés ou investisseurs, et donc avec de nouveaux indicateurs.
Mais cela ne saurait suffire ; il faudrait dans le même temps mettre en œuvre un programme d’instruction publique vraiment universel qui donne aux enfants du monde les savoirs élémentaires en fin de primaire. Et, toujours dans le même temps, combattre vigoureusement le dérèglement climatique et arrêter la fonte des glaciers.
Cela ne semble possible, que si des régimes réellement démocratiques sont instaurés partout, et que les habitants de la planète acceptent la frugalité comme règle de vie, comme le Pape François les y invite.
Même si l’humanité, par miracle, se mettait d’accord dés demain sur ce programme, y aurait-il pour autant du travail pour tous ? Il faudrait encore que tous ceux qui sont en capacité de travailler acceptent de s’adapter à de nouveaux métiers, dont certains n’existent pas encore, et de les pratiquer dans un esprit de service rendu à la collectivité.
Tout cela semble impossible ; le prix à payer de cette crise sera, quoi qu’on fasse, très lourd et les conséquences désastreuses pour beaucoup de pays. Et dans chaque pays, il y a des peuples qui souffrent.
Certes, mais l’Espérance du temps pascal nous porte à l’optimisme ; de toute crise peut naître du neuf. On donne souvent comme exemple de réalisation qui semblait impossible, la mise en route de la communauté européenne au lendemain de la seconde guerre mondiale ; or des nations qui se sont combattues à trois reprises en moins d’un siècle sont entrées dans un cercle vertueux de paix et d’alliance.
Justement, ici ou là, des gestes de solidarité apparaissent au niveau international. Prions pour qu’ils soient exempts de toute arrière-pensée d’hégémonie financière ou politique et, répondant à l’invitation du Pape François dans sa lettre encyclique Fratelli Tutti, soyons les bons samaritains qui prennent soin de ce monde en souffrance.

Jean-Pierre Rossi