Famille franciscaine de l'Est Francilien

> Figures Franciscaines




>
Maximilien Kolbe
(7 janvier 1894 à Zdunska-14 août 1941 à Auschwitz)


1.La jeunesse et la rencontre de la Vierge Marie : les 2 couronnes.
2. Le religieux et misionnaire, l'apôtre de Marie.
3. La cité mariale : Pologne et Japon.
4. Le don de sa vie.


                   Maximilien Kolbe fut déporté pendant la seconde guerre mondiale dans différents lieux d’internement, pour finir au camp d’extermination d’Auschwitz, près de Cracovie, où il se livra aux bourreaux à la place d’un codétenu, en 1941, achevant ainsi sa vie d’apostolat comme un sacrifice de charité et un exemple de fidélité à Dieu et aux hommes.
« Je suis prêtre catholique polonais; je suis vieux, je veux prendre sa place, parce qu'il a femme et enfants.» Stupéfait le commandant accepte. Dans le souterrain de la mort, commence alors une terrible agonie. Là comme ailleurs le Père Kolbe apaise et réconforte les condamnés en priant avec eux. Du bunker s'élèvent des cantiques à la Vierge Marie. Le prêtre accompagne dans leurs derniers instants les malheureux suppliciés et les prépare à la mort. Cette mort, il la recevra le dernier, le 14 août. Il est achevé par une piqûre d'alcool. Un détenu chargé de nettoyer le bunker témoigne: «Quand j'ouvris la porte de fer, il avait cessé de vivre; mais il me paraissait vivant. Le visage était radieux, d'une manière insolite; les yeux grands ouverts et fixés sur un point. Tout le visage était comme en extase. Ce spectacle, je ne l'oublierai jamais. »

Une dernière pensée de ce martyre de la foi :
« De nos jours, le plus grand poison est l'indifférence, qui trouve ses victimes non seulement parmi les bourgeois mais aussi parmi les religieux. »


Chantal AUVRAY

*Retrouvez les anciens Episodes dans la rubrique
> Archives

AccueilArchives Contact
Site réalisé par Mirage