Famille franciscaine de l'Est Francilien

> Parcours biblique


Frère Joseph ofm

 


Le livre des "ACTES des APOTRES"

 


>
Le séjour de Paul à Jérusalem
24,1 -28,31 (suite)


            Alors que Jésus se taisait, Paul répond aux accusations. Il donne, dans sa défense, une place importante à la Résurrection. C’est cette vie qui lui donne de réagir.
Les autorités romaines reconnaissent l’innocence du prévenu : Lysias, dans sa lettre à Félix (23, 29) ; Félix fait traîner l’affaire pour ne pas s’aliéner les notables juifs (24, 22-27), mais son successeur, Festus, ne trouve aucun forfait à lui imputer (25, 18-25), et l’on aboutit, après une dernière audience où le roi Agrippa est invité comme conseiller technique, à cette conclusion : « On aurait pu relâcher cet homme, s’il n’en avait pas appelé à l’empereur » (26, 32). Cette triple affirmation de l’innocence de Paul est un écho de la triple affirmation de Pilate sur Jésus (Lc. 23, 4.14.22).
Luc est le seul à parler d’une comparution de Jésus devant Hérode (23, 5-12).
Paul en comparaissant devant Félix et Agrippa réalise ce qui est annoncé par Jésus en Lc. 21, 12 : « … devant des rois et des gouverneurs ».
Le texte des Actes souligne aussi le niveau social de l’auditoire en face duquel Paul va parler  (25, 23).
Le discours de Paul à Agrippa est l’occasion d’un 3ème récit de sa conversion. Ce récit est encadré par des éléments appartenant au schéma des discours apostoliques adressés aux juifs. Il comporte 3 points importants :

  1. La mort et la résurrection de Jésus (26, 8.23)
  2. L’annonce par les Écritures (26, 6-7.22)
  3. La rémission des péchés par la foi en Jésus (26, 18)

Si le discours prend cette tournure, c’est que le roi Agrippa ‘croit aux prophètes’ (26, 27).

Les relations entre Paul et le Seigneur tiennent une place centrale de 27, 1 à 28, 15, et cela au milieu des dangers mortels qui menacent tous ceux qui sont du voyage. C’est grâce à ces relations que tous échappent à la mort.
Luc souligne aussi la bienveillance de plusieurs païens envers Paul, comme il l’avait déjà montrée de la part de Félix (24, 23), de Festus et d’Agrippa (26, 30-32) : bienveillance du centurion Julius (27, 3.42-43), des habitants de Malte (les barbares 28, 2), de Publius (28, 7). Le contraste est grand avec l’attitude des juifs de Jérusalem.

Fr. Joseph

Ps : Ceux qui le souhaitent peuvent rapprocher Ac. 28, 5 de Lc. 10, 19 (passage qui lui est propre)]

AccueilArchives Contact
Site réalisé par Mirage