Famille franciscaine de l'Est Francilien

> Vie Franciscaine

 

 

 

 



Célébration de l'engagement de membres de la fraternité de Roissy.

 

 

>Rencontre régionale 
des fraternités
franciscaines séculières

- Le dimanche 21 mai





Les fraternités de notre région se sont retrouvées en ce beau dimanche de mai pour une journée de rencontre et de réflexion sur l’économie sociale et solidaire dans sa dimension franciscaine. Vous trouverez ci-dessous un résumé de l’intervention de Fr. Dominique Lebon qui a donné lieu à des échanges d’expériences passionnants.

Au cours de l’Eucharistie, trois laïcs ainsi qu’un diacre et son épouse ont célébré en présence de toutes les fraternités de la région leur engagement de vie évangélique dans la fraternité de Roissy en Brie  et plus largement dans l’OFS (Ordre Franciscain Séculier). Nous rendons grâce à Dieu.

Résumé par fr. Dominique Lebon de son intervention :

L'économie franciscaine est fondée sur le don, la liberté, la fraternité et le bien commun, comme le montre le modèle d'échange promu dans la première Règle des frères (1 Reg 9, 10-12). Cette économie est reflet de la vie trinitaire. Ne s'agit-il pas là de rêveries sans prise sur l'économie mondiale régie par le calcul et l'intérêt individuel ? Non, semble dire Benoît XVI, dans Caritas in veritate : « Dans les relations marchandes le principe de gratuité et la logique du don, comme expression de la fraternité, peuvent et doivent trouver leur place à l'intérieur de l'activité économique normale » (n°36).

Au XIIIe siècle, un franciscain du Languedoc, Pierre Olivi (1248-1298) s'intéresse aux lois du marché, porte un regard positif sur la société dans laquelle il évolue, convaincu qu'un bon fonctionnement du marché favorisera la paix sociale. Cette paix, les prédicateurs franciscains de l'Observance, deux siècles plus tard, en Italie centrale, la serviront en inventant les Monts-de-Piété, pour les personnes dans le besoin, à qui on prêtait de l'argent à un taux très bas pour qu'elles puissent réaliser des projets économiques. Les frères prenaient ainsi soin des riches et des pauvres. De même, au XIXe siècle, en France, un capucin, Ludovic de Besse (1831-1910), fonde des banques populaires pour permettre aux artisans d'améliorer leur situation.
Aujourd'hui enfin, l’Économie Sociale et Solidaire montre que l'économie n'est pas seulement un moyen de subvenir aux besoins de chacun, elle est surtout une manière de construire la société, de créer de la fraternité, d'introduire de la gratuité. L'ESS est héritière de la tradition économique franciscaine. Il est de notre responsabilité d'actualiser par nos pratiques cette tradition, et de favoriser ainsi une économie d'interdépendance, de paix et de communion.

Quelques pistes actuelles par Guy Bechu

Systèmes d’échange locaux (SEL) : Ces associations permettent d’échanger des savoir-faire, des connaissances, du matériel et des services entre particuliers sans utiliser d’argent (au moyen de points - Sels). Cela favorise les relations entre les membres du SEL, qui organise aussi des rencontres et de l’entraide. Il existe une cinquantaine de SEL en Ile de France (dont Créteil, Roissy, Lagny…). Information : www.intersel-idf.org

Finances solidaires : Pour les placements d’épargne solidaire, une partie des intérêts est versée pour des actions de solidarité. Par exemple le CCFD-Terre solidaire propose diverses solutions d’épargne pour lutter contre la faim dans le monde et pour le développement. Information : : CCFD-terre solidaire.org (4 rue Jean Lantier Paris 1er - tel 01 44 82 80 58). Voir aussi Finansol.org

Commerce équitable : Les produits labellisés « commerce équitable » permettent aux petits producteurs, notamment dans les pays en voie de développement, d’avoir la garantie de revenus décents pour leur travail. On trouve désormais ces produits dans tous les magasins ; le label le plus connu est Max Havelaar.

 

AccueilArchives Contact
Site réalisé par Mirage