Famille franciscaine de l'Est Francilien
> La Vie en questions


Se poser des questions sur le sens de notre vie, sur nos choix, sur nos vrais désirs et sur les conséquences de nos actes, cela n’a rien de confortable et nous cherchons souvent à l’éviter en nous laissant porter par le quotidien et la force des habitudes. Et pourtant notre liberté ne se joue-t-elle pas dans cette distance que nous pouvons prendre avec tout ce qui nous détermine quand nous prenons le temps de nous interroger en profondeur ?

Nous en faisons l’expérience lorsque les circonstances de la vie, l’épreuve ou l’imprévu, nous obligent à nous confronter à nos incertitudes, à nos doutes et aux enjeux de nos choix.
La foi ne nous délivre pas de cette épreuve de la liberté. St Jean Baptiste, le précurseur, lui qui le premier a rendu témoignage 
au Christ, a vu en prison toutes ses certitudes ébranlées au point d’envoyer ses disciples interroger Jésus pour lui :
« Es-tu celui qui doit venir ou devons – nous en attendre un autre ? (Mat, 11,3) »

La Bible est pleine de questions. Elle ne les évite pas, elle les affronte et c’est pourquoi elle peut nous accompagner dans nos pires obscurités, lorsque nous ne savons plus que croire ni que faire. Jésus ne cesse d’interroger ses interlocuteurs et de les renvoyer à leur propre réflexion et à leur liberté: « Pour vous, qui suis-je ? (Luc, 9,20) » ou « Que veux-tu que je fasse pour toi ? (Luc, 18, 41)».

Il les pousse dans leurs retranchements et ne répond jamais à leur place. Mais Il ne les laisse pas seuls. Celui qui accepte cette déstabilisation Le trouvera sur son chemin s’il se tourne vers Lui dans un dialogue de liberté à liberté.

N’est ce pas cela la respiration de Dieu dans notre vie, un chemin cherché librement dans la prière à la lumière de la Parole, dans l’acceptation de notre finitude et la confiance en l’Esprit ?


> Prière

Nous te remercions, Seigneur, car tu nous renouvelles continuellement par ton Esprit. Fais que nous nous ouvrions à ce vent mystérieux dont nous ne savons pas d’où il vient et où il va, ce vent qui n’entre pas dans nos calculs physiques, psychologiques et pédagogiques, mais qui est ta force en nous.
Fais, Seigneur, que nous comprenions, devant ta force qui est en nous, que nous ne pouvons qu’abandonner le désespoir de notre péché, de notre incapacité à aimer, de notre incapacité à vivre la vérité.

Fais, Seigneur, que nous acceptions que la nouveauté de la Résurrection efface le caractère incorrigible de notre péché et que, devant la nouveauté de ce trésor trouvé, nous nous oublions, nous nous abandonnions à ta bonté et que nous nous sentions enveloppés par ton offre inconditionnée de pardon. Tu nous veux nouveaux, Seigneur, et nous nous confions à toi pour qu’en nous triomphe ta vérité.


Cardinal Martini

*Retrouvez les anciennes prières dans la rubrique > Archives



AccueilArchives
Site réalisé par Mirage